Mes 3 habitudes pour une vie plus zen !

C’est quoi une vie plus Zen ?

Tout d’abord le mot “zen” est issu d’une branche du bouddhisme japonais. Le bouddhisme Mahayana met l’accent sur la méditation en posture assise dite “zazen”. Les moines qui suivaient les préceptes zen dans le Japon médiéval vivaient pauvrement et pratiquaient des activités manuelles. L’enseignement était dispensé directement de Maitre à élève, en dehors des dogmes traditionnels. Chaque geste de la vie quotidienne comme boire le thé ou tirer à l’arc, était transformé en rituel. Ces rituels sans cesse améliorés devaient les conduire à l’état “d’illumination zen” qui apporte la compréhension de la place de chacun dans l’Univers… Le terme est donc d’abord religieux et métaphysique. En occident, nous avons plutôt retenu les valeurs du dépouillement et de la pratique méditative. On peut aussi en retirer la pratique de rituels qui s’apparente d’une certaine manière à des habitudes.

La plénitude des paysages naturels invite à l’apaisement.

Le Graal ultime pour beaucoup d’entre nous, c’est donc d’arriver à une vie plus zen. Mais qu’entend-on par là ? Les définitions sont nombreuses bien sûr. Pour moi, une vie zen, c’est une vie équilibrée, où l’on respecte ses valeurs et son être. C’est aussi une vie où l’on atteint ses objectifs sans stresser excessivement. A long terme, les bénéfices d’une vie plus zen sont nombreux : santé, bonheur, relations sociales, productivité… Nous avons tous à y gagner personnellement et collectivement.

J’en étais là de mes digressions lorsque j’ai reçu le message d’Olivier Roland du blog Habitudes Zen qui m’invite à participer à un événement interblogueurs… Olivier me demande de partager mes 3 habitudes pour avoir une vie plus zen ! Comme je ne peux résister à l’invitation plus longtemps, je vais vous divulguer mes 3 astuces pour vous aider, vous aussi, à avoir une vie plus zen.

Connais-toi et tu seras plus zen !

La première étape vers une vie plus zen, selon moi, passe par la connaissance de soi. J’ai remarqué que beaucoup de personnes essaient de ressembler à quelqu’un d’autre au lieu de vivre pleinement leur propre vie. La pression sociale est forte et tente de nous faire accepter un rôle qui n’est pas celui qui nous convient au plus profond de nous-même. Les “bonnes” études, le “bon” job et au final, il en résulte une insatisfaction et un stress énorme. Cette situation affecte énormément notre santé.

Pour apprendre à se connaitre et avoir une vision positive de soi-même, rien de tel qu’un test comme le CliftonStrengths de Gallup (payant) ou le VIA Character strenghts (gratuit) ! En quelques dizaines de minutes, vous allez démarrer une aventure incroyable ! Vous partez explorer un monde parfois inconnu mais tellement parlant : VOUS-MÊME ! Ne vous arrêtez surtout pas à la lecture de vos résultats car c’est à partir de ce moment que tout devient intéressant. Lorsque vous recevez votre rapport CliftonStrengths, certains sont tentés de se contempler dans un miroir en se déclarant à eux-même : “je suis comme-ci ou j’ai telle qualité selon Gallup”.  Cette attitude est incompatible avec la quête d’une vie plus zen car cela encourage un état d’esprit fixe (fixed mindset)… J’ai déjà parlé des études de Carol Dweck dans un article précédent qui relatent l’opposition entre l’état d’esprit fixe et celui de croissance. (Vous pouvez regarder cette vidéo Ted à ce propos, elle est traduite en français…)

Utiliser ses talents naturels vous rend plus zen

Découvrir puis utiliser consciemment et intentionnellement ses talents naturels est le chemin le plus court vers l’excellence. C’est également un raccourci vers la zen attitude. Être dans ses compétences tout en sortant de sa zone de confort. En développant vos forces (seul ou avec l’aide d’un coach), vous atteignez plus facilement vos objectifs. Voilà ce qui ressort de plus de quarante ans de recherches initiées par Donald Clifton. On assiste depuis quelques années à une vraie rupture en utilisant un mode de développement basé sur les forces et non plus sur les lacunes !

En apprenant à connaitre vos réactions, votre mode de pensée ainsi que votre comportement naturel, vous réduisez considérablement votre niveau de stress. Maintenant que vous avez conscience de vos forces, pour être vraiment au top, il vous faut travailler un autre point crucial…

Une volonté d’airain pour une vie plus zen !

J’en parle souvent dans ce blog et je ne m’en lasse pas ! Depuis que j’ai lu les études de Roy Baumeister sur les mécanismes de la volonté, ce thème me passionne. La volonté est comme un muscle alors il faut l’exercer. Muscler votre volonté permet d’améliorer votre organisation, d’augmenter votre efficacité et vous apporte de nombreux bénéfices pour votre santé...

Seulement, il ne s’agit pas de croire que la force de la volonté est infaillible. Non. Il faut éviter le claquage et l’aider autant qu’elle nous aide à réaliser nos rêves. Pour cela, il faut mettre des stratégies gagnantes en place.

Gare à l’épuisement de la volonté !

Comme nous disposons chaque jour d’un stock de volonté défini, il convient de l’utiliser avec parcimonie. Chaque décision nous coûte. Si vous faites un régime alimentaire et que vous passez une journée complète à flâner à Bruxelles devant les stands de gaufres belges, il y a de fortes chances pour que vous craquiez à un moment donné. Si vous venez d’arrêter de fumer et que vous passez vos soirées avec des amis qui enchainent les cigarettes, votre volonté va être mise à mal… Jusqu’à la bouffée qui fera baisser votre estime personnelle.

Autre exemple, vous devez vous rendre au restaurant avec des amis ce soir alors que vous vous êtes promis de ne pas faire d’écart. L’idée alors est de vous préparer mentalement à l’avance. Ce soir, vous allez privilégier les légumes et le poisson. Pas d’excès de sauce, un dessert frugal. Point. Voilà votre mantra pour la journée car vous l’avez décidé. Ainsi, vous préservez votre stock de volonté en définissant à l’avance votre comportement. Cela évite de devoir faire un effort trop important sur le moment.

Une volonté d’organisation

S’organiser au quotidien est parfois un challenge, c’est vrai. La vie de famille, la vie professionnelle, la vie sociale se télescopent et perturbent notre recherche de zénitude. Nous devons donc réagir en conséquence pour garder le focus sur nos objectifs. Encore une fois, la connaissance de soi apportée par des tests comme le CliftonStrengths de Gallup me semble primordiale. Ainsi, nous connaissons également mieux nos travers et nos biais naturels. Une tendance à la procrastination, une recherche de la perfection contre-productive ou au contraire un penchant pour le “vite fait”… Nous avons tous en nous au moins un schéma de ce type. En avoir conscience permet de lutter contre cette tendance naturelle.

Mettre en place des stratégies d’organisation quotidienne nous aide à préserver notre stock de volonté. Il en existe des centaines, à vous de trouver celles qui vous correspondent. Ces stratégies visent à créer des routines productives qui évitent le recours à la volonté par une prise de décision. Par exemple, cela peut être une séance de méditation, un réveil avancé d’une heure, une marche dans les bois ou un footing, utiliser la méthode Pomodoro de travail hyper-concentré, définir les Tâches les Plus Importantes de la journée…

Une volonté de changement

Avoir plus de volonté, c’est aussi plus de force pour changer nos mauvaises habitudes et les substituer par de meilleures. Et ça commence aujourd’hui ! C’est formidable, non ?

Prenez un peu de temps pour lister vos routines et choisissez celles que vous voulez modifier si vous pensez qu’elles impactent négativement la réalisation de vos objectifs. Dans cette liste, j’avais listé il y a 3 ans ce type d’habitudes négatives :

  1. arrêter de fumer
  2. ne plus démarrer la journée par mon shoot “d’info du monde en perdition”
  3. passer plus de temps en famille
  4. boire moins de vin et de bière (même bio ;))…

Cette liste n’est pas exhaustive mais je pense que vous avez saisi le principe. Alors, bien sûr, je n’ai pas tout changé du jour au lendemain. Je n’ai malheureusement pas de recette miracle à vous offrir ! D’ailleurs, comme ce n’est pas magique, je travaille encore sur la 4ème habitude…

L’idée au contraire est d’y aller progressivement. Chaque étape est importante. Exercer votre volonté de manière focalisée est plus efficace. Chaque fois que vous modifiez durablement une habitude, vous créez une nouvelle norme. A force de répéter le changement, il devient le quotidien. Parvenu à ce stade, vous pouvez maintenant exercer votre volonté sur une autre habitude que vous souhaitez changer. Vous allez voir, c’est aussi simple que cela ! Et surtout, ne vous dites pas que c’est impossible car vous envoyez alors des messages d’échec à votre cerveau !

L’intelligence de la volonté

Grâce à votre volonté, vous vous permettez d’être en meilleure santé car vous développez des modes de vie plus sains. Vos meilleures habitudes vous apportent plus de sérénité, vous apaisent en vous gratifiant d’une meilleure image de vous-même. Votre stress est réduit. Mais savez-vous que la volonté impacte directement un autre facteur que nous désirons tous : le succès !

En effet, des études ont mis en évidence la corrélation entre le niveau de volonté et la réussite. A quotient intellectuel équivalent, les personnes qui ont développé un niveau de volonté supérieur obtiennent plus de succès que les autres ! Voilà encore un argument de plus en faveur de l’exercice de la volonté…

Maintenant que vous êtes au top de votre connaissance personnelle et que vous avez mis en place des habitudes saines grâce à votre volonté d’airain, savez-vous quelle autre action il vous faut mettre en place ?…

La puissance des arbres pour une vie plus zen
Une petite balade en forêt ?…

Des objectifs clairs pour une vie plus zen !

Les moines du bouddhisme Mahayana avaient un objectif clair : atteindre l’illumination zen, l’état de Bouddha. Sans objectifs clairement définis, tout ce que je vous conseille précédemment n’a que peu d’intérêt… Ces moines pratiquaient également le tir à l’arc. Dans cette discipline, on a choisi la cible (le but) à votre place mais cela ne vous dispense pas de viser avant de tirer. Il y a donc 3 phases distinctes :

  1. Choisir sa cible, son but
  2. Viser cet objectif
  3. Décocher votre flèche

Pendant ces 3 phases, vous devez rester concentré. Votre connaissance personnelle et votre volonté d’airain sont vos précieux alliés. Il existe un autre outil qui va vous aider dans votre quête : la méthode SMART !

Plus zen avec la méthode SMART

Comme me l’a enseigné Olivier Roland (qui n’est pas l’inventeur de la méthode SMART mais qui la popularise dans ses formations), elle permet d’être “focalisé comme un laser sur sa réussite”. Il nous rappelle également la citation de Sénèque : “il n’y a pas de vent favorable pour celui qui ne sait pas où il va”.

Smart est l’acronyme de :

  •  Spécifique
  • Mesurable
  • Atteignable / Accessible
  • Réaliste
  • Temporellement défini

Objectif Spécifique : définir simplement et clairement l’objectif. Par exemple, “arrêter de fumer”. Si vous dites ici “je veux une vie plus zen”, l’objectif est trop flou. Il y a peu de chance que vous puissiez le définir de cette manière. Il s’agit plutôt d’un rêve. Soyez objectif et précis. Dites par exemple “je veux réduire mon niveau de stress en arrêtant la nicotine (qui entretient la tension)”.

Objectif Mesurable : il s’agit simplement de définir l’outil de mesure qui vous permettra instantanément de savoir si vous êtes sur le bon chemin. Dans le cas de l’arrêt du tabac vous pouvez vous dire que vous allez d’abord diviser par 2 votre consommation pour effectuer un premier palier.

Objectif Atteignable / Accessible : assurez-vous que vous avez les moyens pour atteindre votre objectif. Vous vous sentez prêt à faire le pas vers l’arrêt du tabac. Votre motivation est forte et vous avez déjà pensé aux situations dans lesquelles vous savez que pourriez “craquer”. Vous avez déjà défini votre réaction dans de tels cas. Votre objectif est à portée de poumon.

Objectif Réaliste : autant la question précédente concerne vos propres moyens autant celle-ci est liée à votre environnement. Si vous voulez arrêter le tabac alors que vous travaillez dans un bar enfumé (avant les lois bannissant l’herbe à Nicot de ces établissements bien sûr !) votre objectif est sans doute peu réaliste…

Objectif Temporellement défini : il s’agit simplement d’indiquer une date de réalisation de votre objectif. par exemple, j’arrête de fumer d’ici 2 mois.

Voilà, avec cette méthodologie, vous allez pouvoir définir vos objectifs de manière précise et terriblement efficace ! Cela va vous épargner bien des soucis. Votre vie plus zen vous tend maintenant les bras !

En résumé

Vous connaissez maintenant mes 3 habitudes pour avoir une vie plus zen. Je ne vais pas vous dire que je les applique à la lettre en permanence. Je m’améliore chaque jour et c’est vraiment cela qui compte : conserver un bon état d’esprit ! Il ne faut pas non plus se montrer trop dogmatique et inflexible. Un écart est toujours acceptable s’il ne devient pas une habitude.

Grâce à votre connaissance personnelle, votre volonté et vos objectifs SMART vous allez gagner en sérénité. Votre niveau de stress va baisser de manière inversement proportionnelle à votre courbe du bonheur ! Votre santé va s’améliorer et vous atteindrez des niveaux d’achèvement que vous pensiez inatteignables auparavant.

Pour aller encore plus loin, je ne peux que vous encourager à lire cet article du blog “Habitudes Zen”. Vous y découvrirez les “36 leçons que j’ai apprises sur les habitudes” de Leo Babauta. C’est une mine d’infos inspirantes !

Et si vous avez encore un doute à propos de ce que je viens de vous dire, alors le mieux est de tester sur vous-même. On a encore jamais trouvé une solution plus pragmatique !

Que les Forces soient avec vous !

Guillaume Le Penher

 

Ma meilleure astuce pour combler ses lacunes !

il y a une faute d’orthographe dans cette photo, saurez-vous la trouver ?

Peut mieux faire !

Pendant de (trop) nombreuses années, j’ai étudié mes faiblesses. D’ailleurs depuis l’école, mes bulletins scolaires reflétaient principalement mes lacunes : “Peut mieux faire !”, “L’attention s’est relâchée au 3ème trimestre”, “Guillaume doit travailler plus en mathématiques”,” Il faut apprendre tes verbes irréguliers”etc. Vous aussi vous avez certainement déjà eu ce type de commentaires désabusés. Vous réussissiez par ailleurs dans une autre matière ? Les encouragements et félicitations étaient expédiés en un ou deux mots.

Dans la vie active, rebelote ! Le patron, le manager, le chef se focalisent sur nos faiblesses. Ils les étudient, les mesurent, les comparent. Il y a dans cette attitude toute la frustration de la société ! J’y vais un peu fort mais n’est-ce pas là un syndrome largement partagé ? Quel que soit le pays étudié, la majorité de la population pense qu’il faut connaitre en priorité ses faiblesses et concentrer ses efforts dessus.

Se développer sur ses lacunes ?

Il y a, comme toujours, une expression en anglais pour exprimer ce schéma : deficit-based development model. On pourrait traduire cette expression par : “modèle de développement basé sur les lacunes”. Ça vous dit quelque chose ? Oui ! Nous sommes façonnés psychologiquement depuis notre plus tendre enfance par ce modèle. Toute notre éducation se base dessus depuis des années, décennies, siècles… Toujours ? Bien sûr il y a des exceptions ! Certains ont la chance d’avoir des parents qui les encouragent à devenir eux-mêmes, à suivre une voie unique. Certains professeurs insufflent de l’espoir à leurs élèves, j’en reparlerai un peu plus loin.

La question majeure est donc : ce modèle basé sur les lacunes est-il efficace ? Pensez-vous par exemple qu’un dyslexique gagnera la prochaine dictée de Bernard Pivot parce qu’il aura suivi un entrainement quotidien à l’orthographe et à la grammaire de 8 heures ? Il y a peu de chances. Si vous êtes très faible en mathématiques, croyez-vous qu’en ayant des cours particuliers tous les soirs vous atteindrez le niveau du premier de la classe ? Je ne parle même pas du niveau d’un scientifique de haut vol…

Isaac Newton et Hussein Bolt

On peut aussi prendre d’autres exemples amusants et improbables. Si Isaac Newton et Hussein Bolt s’alignaient ensemble sur la ligne de départ du 100m, qui l’emporterait ? Hussein Bolt bien sûr ! Même sans sa perruque et avec des années d’entrainement, le génial Newton ne pourra jamais rattraper le rapide Hussein ! Dans la nature, nous intégrons pleinement la spécialisation de chaque espèce animale ou végétale. On n’attend jamais d’un cerisier qu’il produise des prunes ou d’une poule qu’elle nage comme une truite. Nous développons tous des aptitudes différentes. Cette diversité est la richesse de l’humanité, son patrimoine immatériel. Voilà une source d’émerveillement constant : les artistes, les scientifiques, les sportifs, les gens qui sauvent ou qui aident leur prochain, les entrepreneurs, les humoristes, les gestionnaires, les dilettantes, les rêveurs… Nous apportons tous une nuance de couleur sur cette planète !

De la couleur et des nuances…

Mon propos n’est pas de décourager tous les efforts d’amélioration des faiblesses. Au contraire, il faut travailler assez pour éviter que ces faiblesses ne se transforment en frein. Il faut les gérer afin qu’elles ne soient pas pénalisantes dans notre vie sociale, familiale et professionnelle. Pas plus, pas moins.

Vos lacunes sont innées !…

Tout cela est encore une histoire de neurosciences tellement à la mode depuis quelques années. La progression des connaissances en matière de fonctionnement et de construction du cerveau nous apporte un nouvel éclairage. Notre comportement ainsi que nos capacités sont liés à notre réseau synaptique. En gros, c’est notre Web interne : un immense maillage constitué d’autoroutes, de nationales, de départementales et de voie communales peu empruntées. Ce réseau n’est pas figé, il est perpétuellement en travaux mais un chemin communal a peu de chance de se transformer au fil du temps en 4-voies. La trame globale se met en place dès le deuxième mois du fœtus. En réalité, tout n’est pas inné car on sait que le cerveau se structure réellement entre 3 et 10 ans.

Le réseau est parfois un peu saturé…

Revenons un instant à ce modèle de développement basé sur les faiblesses, si commun à l’école comme dans les entreprises. Mary Reckmeyer est une spécialiste américaine du développement et de l’éducation des jeunes enfants. Elle dirige le centre Gallup pour la pédagogie basée sur les forces. Elle aide les enfants et leurs parents à connaitre leurs forces et en faire la base de leur développement et de leurs relations. Pendant son doctorat, elle a conduit de nombreuses interview de collégiens, de lycéens ainsi que d’adolescents et de jeunes adultes en grande difficulté. Dans son livre “Strenghts-based parenting” publié chez Gallup press, elle relate les limites et les effets négatifs du modèle centré sur les faiblesses.

Par exemple, une étude aux États-Unis publiée en 2004 s’est attachée à comprendre les effets de cette méthode sur un panel de jeunes suivis par la justice après une première condamnation. Les résultats sont sans appel : ceux qui avaient suivi des programmes d’éducation basés sur leurs faiblesses avaient plus récidivé que ceux à qui on n’avait rien proposé en accompagnement !

Là, on va dans le mur !

Les entretiens que Mary Reckmeyer a conduit pour son doctorat vont dans le même sens. En interrogeant des jeunes détenus de 18 à 24 ans, elle a vite compris qu’ils étaient tous très conscients de leurs défauts mais pas du tout de leurs qualités. Ils comprenaient bien que les chemins qu’ils empruntaient étaient mauvais mais manquaient totalement de ressources personnelles pour en prendre un autre ou agir différemment.

…Vos Talents aussi !

Dès l’enfance, nous développons des aptitudes particulières dans certains domaines. Ce développement est connexe à nos expériences  et nos succès passés. Nous tirons de ce phénomène notre estime de soi ainsi que notre confiance personnelle. Lorsque nous sommes dans une de nos “zones de Talent”, nous oublions le temps qui passe car nous pouvons rester concentré pendant des heures. Vous voyez de quoi je parle ? Alors, vous êtes en train d’identifier un de vos Talents Naturels !

Si vous consacrez régulièrement du temps à cette activité qui vous “prend la tête” au bon sens du terme, alors vous développerez votre connaissance et votre habilité. De cet investissement lié à votre Talent Naturel naitra une Force. Cette Force vous permet de “délivrer constamment une performance quasi parfaite” selon la terminologie de Gallup. En clair, vous serez nettement au-dessus du lot dans ce domaine précis !

on se sent comme sur un petit nuage…

Cette compréhension du mécanisme naturel d’acquisition de savoir ou de compétence permet de comprendre pourquoi on excelle dans certains domaines et pas dans d’autres. Il est très rare que l’on soit “moyen” partout. Et même dans ce cas, vous pouvez vous féliciter de votre  constance ! En acceptant cet état de fait, nous pouvons désormais nous concentrer sur nos zones d’excellence. Le deuxième effet Kiss-cool, c’est qu’elles sont également nos zones de confort ! Au lieu de batailler éternellement contre les mêmes travers et de perdre une bonne dose de confiance en soi, nous progressons plus facilement. De plus, nous atteignons des niveaux de compétence élevés dans la joie et la bonne humeur. Qui dit mieux ?

Ma meilleure astuce ?

Ma meilleure astuce pour combler mes lacunes est donc largement inspirée de la Loi de Pareto appelé aussi principe 80/20 ! Ce principe est empirique mais utilisé et vérifié dans de nombreux domaines. Même dans mon potager ! 80% des fèves que j’ai récoltées l’année dernière provenaient de 20 de mes cosses… Le rapport peu même être encore plus déséquilibré.

Appliqué à mes compétences je peux appliquer ce rapport : si 80% de mes résultats proviennent de mes Forces, alors je ne vais pas consacrer plus de 20% de mes ressources à combler mes lacunes !

Chez Gallup, tous les chercheurs sont d’accord pour dire que quelque soit votre investissement personnel pour combler vos lacunes, le meilleur résultat que vous pourrez espérer est la médiocrité ! Alors que si vous placez vos efforts dans vos Talents, votre retour sera bien plus important et gratifiant. Une lacune n’est pas l’inverse d’une force. Cela ne se répare pas comme un pneu crevé !

Investissez dans vos Forces et vous serez comme une truite dans un ruisseau ! N’oubliez jamais que vos Forces, c’est ce que vous faites de mieux !

Que les Forces soient avec vous !

Guillaume Le Penher